La théorie

Quelle est votre valeur?

Quand nous regardons le monde, nous avons tendance à porter beaucoup de jugements. Nous donnons de la valeur aux choses ou aux personnes qui croisent notre chemin. Cette valeur dépend uniquement d’une chose: celle que nous nous attribuons!

“Trop” ou “pas assez”

En allant faire des courses ou dès qu’il est question de dépenser “notre” argent, nous regardons l’étiquette et la sentence tombe: “trop cher!”

En réalité ce n’est pas “trop cher”, mais nous jugeons le prix trop élevé en comparaison de ce que nous pensons recevoir en échange. En gros, nous avons l’impression que nous allons perdre quelque chose si nous acceptons l’échange. Parce qu’en réalité, il ne s’agit que de cela: un échange.

Rien n’est “trop cher”. Mais certaines choses ne sont pas à la hauteur de ce que nous attendons de l’échange. Celui-ci ne vaut donc pas la peine.

De même, nous nous refusons à acheter certains produits parce que leur prix “trop bas” est synonyme, selon nos critères, d’une mauvaise qualité par exemple.

En fait, une nouvelle fois, tout ceci est subjectif.

Là où nous percevons une mauvaise qualité, d’autres y verront une très bonne affaire!

Quelle valeur nous attribuons-nous?

Ces idées en lien avec la valeur sont présentes dans chaque domaine de notre vie: notre temps, nos relations, notre santé, nos activités, notre travail.

En fonction de la valeur que nous attribuons aux choses, nous échangeons avec joie… Ou pas!

La question n’est donc pas quelle est la valeur que je donne aux choses (ou aux gens), mais quelle valeur je me donne à moi? Et en fonction de cela, découle la valeur donnée à mon monde extérieur.

Combien de fois faisons-nous taire notre valeur au profit de notre peur d’être seul(e) ou sans emploi? Combien de fois faisons-nous la sourde oreille à la part royale en nous qui sait très bien qu’il est hors de question de se brader?

Comme toujours, aucun fonctionnement n’est “mauvais”, mais nous pouvons prendre conscience de cela, et décider de notre préférence.

Estime de Soi

S’estimer n’a pas de lien avec l’extérieur. Seulement avec soi. C’est d’ailleurs le sens même de ce mot: à quel point j’estime (= je juge à la hauteur d’un échange) ce que je propose au monde (= ma personnalité, mes talents, mes compétences, ma sensibilité, ma force, etc….).

J’ai reçu un message aujourd’hui d’une personne s’étonnant de ne plus voir mes anciennes vidéos. Quand je lui ai répondu que tous les nouveaux liens présentant “LYMLO” étaient facilement trouvables, cette personne a répondu: “Tant pis.”

Et j’ai explosé de rire!

Franchement?

Est-ce avec ce genre de personnes que je veux travailler? Non. Est-ce que je veux plein d’abonnés qui sont en quête de “rien”? Non. Est-ce que mon temps vaut l’échange avec ces personnes? Non!!!

Il est temps d’arrêter de me mentir à moi-même! Ces créations sont parfaites, mais ce ne sont pas mes préférences! En tout cas, elles ne le sont plus!

Regardons nos préférences

Si nous nous autorisions à être le Roi et la Reine que nous sommes, quelles personnes et situations choisirions-nous de rendre “moins denses” dans la matière? Et quelles sont celles à qui nous avons peut-être dit non jusque-là, et à qui nous avons envie de dire oui aujourd’hui?

Nous pouvons tout avoir!

Mais il faut être clair(e) sur ce que nous nous autorisons à recevoir.

Le prochain pas

Je choisis d’être la reine d’un monde qui n’existe pas!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *