Mon expérience

Changer… Ou pas!

Nous avons pris l’habitude de vouloir changer. Nous pensons qu’en nous améliorant, nous allons nous sentir mieux. Mais cela est le signe de notre incompréhension du fonctionnement de cette “réalité”. Et si c’était justement parce que nous voulons changer que nous nous sentons mal?

Oups! J’ai recommencé!

Et bim! Je suis retombée dans le panneau! Je me suis collée à la réalité!

Depuis un peu plus d’un mois maintenant, je me suis laissée aller à m’inscrire à des séminaires en lien avec le marketing, comment créer des plans précis et les mettre en place, comment réussir sa vie etc…

J’ai donc, et ça partait bien entendu d’une bonne intention, voulu “réussir” à matérialiser ce que je voulais.

Mais le principe est toujours le même: nos pensées créent notre réalité.

Si je m’inscris à des séminaires en lien avec un fonctionnement depuis la matière, et bien c’est ce que je vis au quotidien… Si je veux “réussir” je pose mon attention sur le fait qu’à ce moment précis, ce n’est pas le cas.

Et ce fonctionnement, il pique!!!

Rappel à Soi

Je vis depuis deux ans à peu près comme un ermite. Je sors de chez moi une fois par semaine ou tous les dix jours pour gonfler les pneus de ma voiture et aller au supermarché, chez l’esthéticienne et regarder le monde. Le reste du temps je “pense/cherche/médite/prends conscience/expérimente/étudie”.

Hier, en me couchant j’ai réalisé que j’étais comme ces moines qui méditent toute la journée et ne sortent pas du temple. Et comme toujours, c’est juste… Jusqu’au moment où une petite voix vous dit: “Roh! Mais ce n’est pas normal, tu devrais changer!” C’est celle du mental qui commence à s’ennuyer parce que “tout roule”!

Stabilité au milieu du chaos

Les trois derniers jours ont été bien piquants.

Quand vous fonctionnez en conscience, les moments où vous la “perdez” sont très denses.

C’est l’idée du ressort. Un petit ressort ne bouge pas beaucoup. Un grand ressort a une amplitude bien plus grande, et ses mouvements apparaissent comme plus visibles aussi.

J’ai réalisé que mon retour à l’illusion s’est fait parce que j’ai “cru” devoir m’améliorer, changer, évoluer… Sauf que, si je pense cela, c’est parce qu’au moment présent je considère ne pas être “au top”… Et donc je me sépare de certaines parts en moi.

Le mental a la trouille d’accepter que la situation est parfaite parce qu’il a l’impression que nous allons lui dire d’arrêter de fonctionner. Il est fait pour trouver des solutions. Donc, si il n’y a plus de problèmes, il fait quoi???

Une solution

La solution que j’ai trouvée c’est de voir que je n’ai pas à choisir. Je peux avoir des problèmes sans être obligée d’y croire pour autant.

Je peux jouer à rêver, sans oublier que je rêve, et donc sans m’attacher à la soi-disant réalité.

Je peux jouer à être l’ermite, tout en m’autorisant et en respectant la part en moi qui veut jouer à la sexy-lady qui va danser en boite de nuit. Je peux jouer à être celle qui a conscience qu’elle ne sait pas tout, tout en laissant de la place à la part en moi qui veut jouer à être celle qui sait.

Je peux être tout à la fois… Et ne m’attacher à rien.

Et mon mental a le droit d’être lui, sans pour autant que je m’y attache non plus.

Parfaite imperfection (… Toujours!)

Je vais retomber dans l’illusion à un moment donné ou un autre, mais aujourd’hui, je sais que je peux être tout.

Donc oui, je suis la créatrice de LYMLO, je choisis de faire l’expérience de partager cette vision de monde… Mais en même tant je m’autorise à être ce que je suis aussi: celle qui sait parfaitement que, tout cela n’est qu’un jeu.

Une spiritualité concrète… Et espiègle donc.

Et une deuxième lecture du logo!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *